Menu
Entre cendres et résurrection (Berlin, juillet 1945)

Entre cendres et résurrection (Berlin, juillet 1945)

Cela commence par un plan rapide où l'on voit un amputé avec ses béquilles, un cycliste et, au fond, le Reichstag en ruine.

Entre cendres et résurrection (Berlin, juillet 1945)

Bientôt le mois de juillet. Il fait déjà chaud (et lourd) ces derniers jours à Berlin.

Je vous propose un petit bond de soixante-dix ans en arrière avec ces incroyables images en couleurs. Qualité étonnantes. Elles viennent d'être mises en ligne avec des effets sonores ajoutés qui sont vraiment bluffants.

La ville a déjà été divisée en quatre zones par les Alliés. Bientôt c'est un énorme portrait de Staline qui nous accueille à l'est, une fois passée la Porte de Brandebourg.

La ville est évidemment dévastée mais on peut, déjà, y voir la vie reprendre le dessus. Tout n'est que pierres et poussières dans les grandes rues que je pédale le matin entre Friedrichstrasse et mon bureau. L'hôtel Adlon est sombre comme la mort. Mais des tramways circulent autour d'Alexanderplatz.

Entre cendres et résurrection (Berlin, juillet 1945)
Entre cendres et résurrection (Berlin, juillet 1945)Entre cendres et résurrection (Berlin, juillet 1945)
Entre cendres et résurrection (Berlin, juillet 1945)Entre cendres et résurrection (Berlin, juillet 1945)

Je vous laisse découvrir la suite, entre cendres et résurrection sur ces visages berlinois.

Et comme un oiseau de malheur, je suis saisis par le survol de Unter den Linden à la fin du film.

Entre cendres et résurrection (Berlin, juillet 1945)