Menu
A France Inter, les syndicats se disent "inquiets" de l'arrivée de Philippe Val

A France Inter, les syndicats se disent "inquiets" de l'arrivée de Philippe Val

FRANCE INTER... ÉCOUTEZ LA DÉFÉRENCE !



Nommé il y a peu par le nouveau président de Radio France Jean-Luc Hees, Philippe Val n'est visiblement pas le bienvenu à France Inter : tout du moins chez les syndicats.
 
Dans un communiqué, le SNJ (syndicat le plus puissant de la station) se dit en effet "inquiet" de sa nomination, et estime que "l'image" de la station pourrait "pâtir" de l'arrivée de Val.
 
Notamment car son image d'éditorialiste n'est, toujours selon le syndicat, pas forcément compatible avec sa fonction administrative. Le SNJ, qui avoue ne pas connaître exactement le projet rédactionnel de Phillipe Val, ajoute qu'il est préoccupé par les "premiers bruits" concernant les nouvelles grilles entendus dans les couloirs de la station.
 
De son côté, SNJ-FO affirme que les journalistes doivent pouvoir faire valoir leur "clause de conscience", clause qui autorise les journalistes à quitter leur entreprise contres des indemnités de licenciement s'ils estiment que la ligne éditoriale à changé.
 
"Certains journalistes ne partagent pas les doctrines ou les opinions que Philippe Val a véhiculées dans son passé professionnel. La ligne éditoriale de France Inter ne peut que s'en trouver radicalement modifiée», a déclaré SNJ-FO. SNJ-FO a également fait savoir qu'il travaillait avec ses avocats "sur cette notion entièrement nouvelle pour les journalistes du service public".
 
 Et tout comme le SNJ, SNJ-FO note le fait que Philippe Val aurait en coulisse "déjà pris des décisions, avant même sa nomination officielle, pour modifier des rendez-vous d'antenne".