Menu
"Je ne suis ni d'ici, ni d'ailleurs"

"Je ne suis ni d'ici, ni d'ailleurs"

 

L'Argentine et plus généralement, une partie du monde hispanophone est dans la douleur, l'incompréhension et le chagrin depuis hier.

 

http://www.lematin.ch/files/imagecache/600x440/depeches/photo_1310228435887-1-0.jpg

 

 

Le chanteur argentin Facundo Cabral a été tué par balles, samedi 10 juillet à l'aube, alors qu'il se rendait en voiture à l'aéroport international de Guatemala City, a annoncé un porte-parole de la présidence guatémaltèque.

Le parcours de Cabral était singulier. A neuf ans, il s'est enfui de sa maison pour aller voir le président Juan Peron et son épouse mythique Eva Duarte.

Il aurait réussi à se faufiler parmi les gardes du corps pour demander au couple du travail pour sa mère, qui en a obtenu un immédiatement. "Enfin quelqu'un me demande du travail et non de l'argent !", aurait alors dit Eva. Mais la jeunesse de Cabral, où se mêlent alcool et violence, est difficile et le conduit en prison.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/30/FCabral.jpg

 

Après cela, dans les années 1960 il commence à se consacrer à la musique. En 1970, il enregistre "No soy de aqui ni soy de alla" ("Je ne suis ni d'ici, ni d'ailleurs"), la chanson qui va le propulser vers la célébrité.

Par la suite, porté par sa popularité, et également le succès de ses livres, Cabral a sillonné le monde. Il assurait avoir visité plus de 150 pays. Appelant sans relâche à la paix, il avait été distingué en 1996 par l'Unesco qui l'avait nommé Messager mondial de la paix.

http://static2.todanoticia.com/tn2/uploads/news_image/2010/03/14/facundo-cabral-1.jpg

 

 

 

Quelques citations que je traduis hâtivement mais j'espère justement.

 

"Chaque matin est une bonne nouvelle, chaque enfant qui nait est une bonne nouvelle, chaque homme juste est une bonne nouvelle, chaque chanteur est une bonne nouvelle parce que c'est un soldat de moins."

"Je suis émerveillé de faire partie de cet incroyable univers et je suis fier de cette faim qui me maintient éveillé. car quand un homme est repu, il s'endort."

"Je suis mon propre inventeur parce que c'est la tâche que Dieu m'a confiée. Dieu ou le Diable, car ils sont la même chose. Le Diable est un pseudonyme que Dieu utilise quand il a à créer quelque chose ou quelqu'un d'immoral, tout ça pour ne pas ternir son nom, il utilise le pseudonyme."

"Le pauvre homme qui traverse son existence sans une chanson, en plus d'être pauvre c'est un fantôme. Et en plus d'être un fantôme... il n'est rien."

"Si je suis un voleur c'est à cause de la propriété privée."

 

 

Et pour finir un texte de Facundo Cabral dit en espagnol mais traduit en français : "Tu n'es pas déprimé, tu es distrait !". Un texte qui dit beaucoup, beaucoup de choses. Et même plus.