Menu
Le parti socialiste qui n'était pas socialiste

Le parti socialiste qui n'était pas socialiste

Je me suis si bien retrouvé dans deux textes publiés ces dernières heures sur internet que je poste ici des liens vers chacun d'eux.

 

Au sujet d'abord de l'aministie sociale et du passage en force du parti socialiste. Je vous invite vivement à lire ce texte rédigé par  Noël Mamère, député de Gironde, dont la verve et le mot me parlent décidément de plus en plus.

 Amnistie sociale : Hollande, n’oublie pas ton camp

 

Extrait : Je te le dis fraternellement, François, n’écoute pas seulement la promotion Voltaire et les sirènes du CAC 40. N’oublie pas ton camp, n’oublie pas ceux qui t’ont élu, n’oublie pas les invisibles, les hussards de la République, les résistants du mouvement social, ceux que l’on va démarcher le temps d’une campagne et que l’on snobe, une fois arrivé au pouvoir. N’oublie pas ceux d’en bas.

Et si le Président n’écoute pas, alors chers collègues députés socialistes, joignez vous à nous, députés écologistes et Front de gauche, votez pour la justice, votez pour l’amnistie des syndicalistes, des militants associatifs, votez pour vos convictions. Retirez vos brodequins, enlevez vos godillots, n’ayez pas peur, soyez vous même.

A la veille du 1er Mai, rappelez-vous des condamnés de Chicago qui ne furent pas amnistiés et dont le combat pour la journée de huit heures donna lieu à la création de la Journée internationale des travailleurs. Sur une stèle du cimetière de Waldheim, à Chicago, sont inscrites les dernières paroles de l’un des condamnés, August Spies : « Le jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd’hui. »

 

http://blogs.rue89.com/sites/blogs/files/assets/image/2013/04/florange_0.jpg

 

 

 

Le second texte est publié par Gérard Filoche sur le blog de Siné Mensuel et revient sur une spécialité française. Comment créer une polémique à partir de rien, brasser du vent pour agiter les esprits en ne se souciant pas des possibles conséquences. Conséquences qui de toutes façons seront autant de choses à commenter en aval.

Pour une fois qu'en Europe on laissait entendre un autre son de cloche bordel !

Merkel pas touche ? Mais si ! défendre le Smic contre cette harpie libérale !

Extrait : Ah celle-la, elle est trop bonne ! Voilà Alain Juppé qui amende les textes internes au Parti socialiste. Il se mêle de la convention « Europe » du PS qui est prévue le 16 juin 2013. Il s’inscrit quasiment comme un membre de la commission des résolutions pour…  défendre Angela Merkel, une vieille copine de l’UMP  !

Il faut dire que le texte que Jean-Christophe Cambadélis proposait vendredi 26 avril à la commission de préparation du débat contenait une phrase quasi extraordinaire, révolutionnaire, incendiaire : « L’amitié entre la France et l’Allemagne, ce n’est pas l’amitié entre la France et la politique européenne de la chancelière Merkel ». Mazette ! Quelle audace !

 

 

Voilà où nous en sommes aujourd'hui. Si la tentation pour François Bayr.. Hollande (pardon, je les confonds !) était de pousser le bouchon un peu plus loin alors, oui nous pourrions l'avoir ce gouvernement d'union nationale. Sauf qu'autant qu'union qu'il soit, il ne représentera pas mieux les français que celui d'aujourd'hui. Ce serait quoi ? Exit les Verts et entrée d'une Droite (Centre, appelez cela comme vous voulez) qui court de Bayrou à Fillion ? Ridicule. Ce serait une course vers plus d'austérité et tourner le dos à ceux qui souffrent le plus et qui ont pourtant porté Hollande à l'Elysée.

Quel autre choix ? Effectuer un virage à Gauche me semble encore moins plausible. Voir Martine Aubry à Matignon pour donner des gages à l'aile gauche du parti ? Ceci serait encore un triste simulacre politique.

C'est une vraie politique de croissance dont l'Europe et la France a besoin !